Le spécialiste de l'aliment cru, vivant
  

Pourquoi drainer, désintoxiquer ? Parce que toutes nos maladies ont une même et unique cause : notre encrassement humoral (du sang, de la lymphe et des fluides interstitiels), produit, au départ, par des substances étrangères d’origine alimentaire. Et ce premier moteur anime tous les autres.

1) La cause première ou cause des causes. Plus l’aliment est défectueux, c’est-à-dire anti-spécifique et dénaturé, plus il apporte à l’organisme des substances étrangères, plus ou moins toxiques. Plus les surcharges s’accroissent, plus les émonctoires (peau, reins, intestins, poumons) doivent fonctionner pour assurer les éliminations. Plus leur défaillance s’accuse (par suite d’encrassement et de surmenage), plus l’encrassement humoral (Tox-Sang-Lymphe) se crée, augmente. Ainsi débute la maladie non accidentelle (d’auto-défense).

  1. Les fausses causes ou causes occasionnelles. Le froid, le chaud, les coups, l’humidité, les émotions (négatives), les fatigues, les radiations, etc., en général toutes les actions du milieu dans lequel est plongé l’Etre humain, n’agissent qu’en tant que causes occasionnelles. En freinant, voire en bloquant les digestions et en fermant les émonctoires, elles précipitent ou révèlent la toxémie (TSL) ( ) mais ne la créent pas, tout en la favorisant, cependant.
  2. Les causes secondes ou microbes. Les agents microbiens existent, et leur action est indiscutable. Mais ils ne se manifestent qu’en tant que causes secondes, en partant de la cause première, qui est la TSL. Ils apparaissent en naissant dans la masse même des substances étrangères (fermentation, putréfaction), soit en se formant au dépens des cellules (ou tissus) vivantes, altérées par la toxicité de la masse en décomposition (c’est le microbisme endogène ou autogène), soit, enfin, et beaucoup plus rarement, en venant de l’extérieur et en s’installant dans l’organisme, s’ils trouvent un terrain favorable (contagion par microbes opportunistes).

4) Les causes tertiaires (toxines et spores). Tous ces microbes d’origine seconde sécrètent des toxines qui s’ajoutent à la masse des substances étrangères, et en augmentent la nocivité. Ils se reproduisent par division ou par sporulation, ensemençant à l’infini les secteurs (tissus, organes malades, intoxiqués), si la phagocytose (action destructive des globules blancs) ne stoppe pas cet envahissement ( ).

Règle : Quel que soit l’état dit pathologique, il faut commencer par désintoxiquer les liquides humoraux cellulaires physiologiques par des drainages hépato-intestinaux-vésiculaires, à l’aide non pas de purgatifs chimiques, toxiques, mais à l’aide d’un complément nutritionnel spécial, liquide, qui existe dans le commerce et qui est à base de jus cru de radis noir, de fenouil, de menthe poivrée, de rhubarbe, de pommes reinettes, de poires, de figues séchées, de jus de pruneaux, additionnés, le cas échéant, de thio-sulfate de magnésium et d’extrait de camomille, de réglisse, de guimauve, de rosé pâle, de romarin…( )

Note 1 – Le Professeur G. JAUVAIS rappelle qu’un vrai aliment nutrimentaire est vitalisateur à son début et draineur à sa fin.

– Le thio-sulfate de magnésium est un cholérétique et donc un laxatif.

  1. Le jus frais de radis noir cru aide à nettoyer la vésicule biliaire et le foie.
  2. La menthe poivrée stimule la digestion et les sécrétions biliaires.
  3. Le jus frais de fenouil cru favorise l’expulsion des gaz intestinaux (flatulence).

– Le romarin est stomachique, cholagogue. Il favorise l’expulsion de la bile, donc la fonction hépatique et digestive.

  1. La rhubarbe à un effet laxatogène, comme le jus de pommes reinettes, de pruneaux, de figues sèches, de poires, notamment.
  2. La camomille a un effet anti-spasmodique et anti-inflammatoire.
  3. La réglisse est un cicatrisant des muqueuses agressées et un laxatif.
  4. La guimauve est un émollient, qui calme l’irritation des muqueuses.

Professeur P.-V. MARCHESSEAU

(1) TSL : terme inventé par le Professeur Grégoire JAUVAIS pour désigner l’intoxication du sang et de la lymphe, notamment, par suite de l’insuffisance fonctionnelle, relative ou absolue, des émonctoires naturels chargés des éliminations (d’épurer l’organisme, la machine animale).
(2) Extrait du livre du Professeur P.V. MARCHESSEAU : page 11 « La Médecine par les Aliments ». Editions Académos. Bordeaux. France.
(3) Ce type de produit est commercialisé par la Société française NOVA’DYN et par la Société suisse ORTHO-BIO.

Pour en savoir beaucoup plus, lire un des livres du Professeur Grégoire JAUVAIS : Que manger pour être en bonne santé, mince et rester jeune (Editions Fortuna – Belgique).