Le spécialiste de l'aliment cru, vivant
  

Par le Professeur Grégoire JAUVAIS, M. D., Sc. D., Ph. D.

Aucune maladie non accidentelle ne peut être éliminée sans désintoxication profonde de l’organisme et, ensuite, sans une alimentation 100 % spécifique et naturelle.

Il est donc capital de s’épurer avant de se revitaliser, sinon les revitalisants, aussi bons soient-ils, resteront sans effet ou n’auront que de faibles effets positifs.

Toutefois, il faut savoir que la désintoxication naturelle de l’organisme use beaucoup d’énergie. Il est donc indispensable de fournir à l’organisme un maximum d’éléments bio-énergisants (et non encrassants) permettant d’optimiser le fonctionnement de ses mitochondries, sorte de centrales bio-énergétiques qui participent à la fabrication de l’ATP (Adénosine Tri-Phosphate), le carburant bio-énergétique des métabolismes.

6 jours après hydro-solubilisation ortho-biologique (HSOB) des huiles essentielles riches en terpènes, ces derniers fixent l’oxygène de l’eau spéciale dans laquelle les huiles essentielles ont été solubilisées et dégagent, conséquemment, du super oxygène, c’est-à-dire de l’ozone pur qui contribue à la désintoxication et à la régénération de l’organisme. Simultanément, les huiles essentielles HSOB favorisent, également, l’énergisation des mitochondries, compte tenu qu’elles sont fabriquées par le végétal aromatique à partir de l’énergie solaire et qu’elles portent en elles cette énergie.

Contrairement aux huiles essentielles classiques (non HSOB), les huiles essentielles HSOB sont assimilables (et non iatrogéniques) aux doses adéquates non seulement lorsqu’on les incorpore par voie buccale mais aussi par voies cutanée et respiratoire. En friction ou en massage sur la région lombaire, au niveau des glandes surrénales, elles aident à dynamiser celles-ci et, donc, à augmenter les défenses organiques, dont la défaillance favorise les infections, notamment.

Différence entre aromathérapie classique et vitaromathérapie.

Nous attirons votre attention sur le fait que les huiles essentielles (H.E.) et autres essences végétales commercialisées sous l’appellation « 100 % pures et naturelles », sont, toutes, plus ou moins, biologiquement, toxiques et iatrogènes (cause d’altérations organiques) parce que, dans cet état, elles sont, en vérité, biologiquement, dénaturées par suite de la distillation des plantes dont elles sont extraites. Il en est de même des essences extraites par simple expression de certains citrus. Ce sont des essences de réserves, inassimilables en l’état par les végétaux qui les produisent et donc inassimilables par l’humain.

Il faut, en effet, vouloir comprendre et savoir que, dans le végétal vivant, en terre, l’essence biologiquement utilisable par celui-ci se trouve être à l’état de solution hydrique, bio-ionisée, donc bio-ionisante, assimilable (bio-disponible), vitalo-protectrice (bio-énergisante).

Il faut, également, savoir que la distillation des H.E. (que ce soit à la vapeur d’eau ou par tout autre moyen) a pour conséquence de scinder en deux la molécule essence-eau (la pile mâle-femelle), de déshydrater l’H.E. originelle, de la séparer de son eau de constitution, ce qui a pour effet de la polymériser, de changer sa fréquence vibratoire originelle (biologique) et, conséquemment, de fermer (bloquer) le circuit bio-électro-magnétique général (les transferts ioniques, bio-énergétiques).

Résultat : la molécule d’H.E., de type électrique (force centripète), privée de son eau de constitution, de son partenaire aqueux complémentaire, de type magnétique (force centrifuge), n’est plus bio-ionisante, biologiquement assimilable, utilisable par l’organisme, par suite de la « fermeture » du circuit dit « électrique » (du changement anortho-biologique de la fréquence vibratoire). Elle est, ainsi, devenue un poison. C’est pour cette raison que toutes les H.E., classiques, déshydratées, sont plus ou moins anti-biotiques (anti-vie), en laboratoire (dans les boîtes de Pétri).

Ingérées (absorbées par la bouche) sous cette forme biologiquement dénaturée, « électriquement » bloquée, elles irritent et, même, ulcèrent le parenchyme hépatique, intestinal, rénal, entraînant de nombreuses micro-lésions, plus ou moins graves selon leur nature (plus ou moins bio-électroniquement oxydantes).

Chez l’animal d’expérience, en laboratoires, les H.E. majeures, même diluées avec d’autres essences végétales mineures dites 100 % pures et naturelles, administrées par voie buccale, sous la forme classique (déshydratée), ont systématiquement provoqué de véritables infarctus mésentériques, accompagnés de micros hémorragies multiples à ce niveau, de même qu’au foie, aux reins, au cerveau, entraînant, progressivement, la mort de tous les animaux.

En revanche, il s’avère que les mêmes H.E. ou essences végétales, ingérées aux mêmes doses, cessent d’être toxiques et iatrogènes sept jours après avoir été ortho-biologiquement hydro-solubilisées (re-naturées, ré-hydratées), c’est-à-dire replacées dans leur état originel (sous forme d’une solution) qui est un état biologique, bio-ionisant, c’est-à-dire un état à circuit « électrique » ouvert, libérateur d’ions négatifs actifs, vitalo-protecteurs (solution bio-électro-magnétique).

Revitaliser avec des Huiles Essentiels hydro-solubilisées
Produit hétéro-moléculaire à circuit « électrique » ouvert parce que constitué d’une force ondulatoire verticale de type électrique et centripète (fournie par l’H.E.) et d’une force ondulatoire horizontale de type magnétique et centrifuge (fournie par l’eau). C’est la forme sanitairement étio-thérapique, vitaromathérapique.

Pour cette raison, cette solution bio-électro-magnétique est biologiquement assimilable (c’est sous cette forme qu’elle existe dans le métabolisme du végétal vivant, en terre, à l’état naturel, ou en flacon mais à l’état biologiquement re-naturé selon la théorie et la technique de l’hydro-solubilisation ortho-biologique inventées par moi dans les années 1961).

Revitaliser avec des Huiles Essentiels hydro-solubilisées
Produit homo-moléculaire à circuit « électrique » fermé parce que dénué d’eau (de force vibratoire horizontale de type magnétique et centrifuge) et, donc, constitué uniquement d’H.E. (de force vibratoire verticale de type électrique et centripète). C’est la forme classique, non ionisée, non ionisante, sanitairement anti-symptomatique.

Pour cette raison, cette H.E. est biologiquement inassimilable (elle n’existe pas dans le circuit métabolique du végétal, en terre, mais seulement dans ses glandes de stockage, à l’état biologiquement « déshydraté », polymérisé, à l’exemple de notre glycogène, dans lesquelles glandes elle constitue une réserve énergique pour les périodes sans soleil).

On oublie ou on ignore qu’il ne peut y avoir d’ionisation (de transferts bio-énergétiques) sans eau, et que c’est l’eau qui fait les frais de toute ionisation et qui ouvre le circuit de type « électrique » générateur d’un champ bio-électro-magnétique, source de Force vitale (de bio-énergie).

L’hydro-solubilisation (ou re-naturation) ortho-biologique des H.E. a pour but et pour effet de dissoudre l’H.E. dans une eau spécialement et naturellement traitée et préparée à cet effet. Elle doit être effectuée biologiquement pour être biologiquement valable (a-toxique). En effet, elle doit être obtenue sans l’aide ni usage d’alcools, de solvants chimiques, d’émulgateurs artificiels, qui sont tous, biologiquement, plus ou moins toxiques, plus ou moins iatrogéniques. L’eau est vitale, métabolique, physio-biologique.

L’H.E. biologiquement hydro-solubilisée (re-naturée) se trouve, alors, être replacée comme dans son état originel, vital, comme dans le métabolisme du végétal qui l’a fabriquée pour ses propres besoins vitaux, c’est-à-dire sous la forme d’une solution.

Ce n’est que dans cet état re-naturé (biologiquement ré-hydraté) que la molécule d’H.E. est débloquée, assimilée, libérant, alors, sa puissance bio-énergisante, sa néguentropie (luminescence), selon les principes de la mécanique quantique ondulatoire. L’hydro-solubilisation a, effectivement, pour effet d’ouvrir le circuit bio-électro-magnétique, de libérer les ions bio-énergisants, inducteurs d’un champ bio-électro-magnétique infiniment plus puissant et plus efficace que celui de l’H.E. classique, dite 100 % pure et naturelle, et ceci à dose infiniment moindre.

En vérité, l’H.E. classique, dite, à tort, 100 % naturelle, est plus ou moins toxique, qu’on le veuille ou non, quelle que soit la voie par laquelle on l’introduit dans l’organisme (buccale, respiratoire, rectale, cutanée, intraveineuse, etc.), même si on la dilue préalablement dans l’eau après l’avoir mélangée soit dans  de l’alcool, soit dans un solvant chimique, soit dans un émulgateur artificiel, l’usage de ces trois derniers produits étant artificiel, voire anti-biologique.

Il faut se revitaliser avec des Huiles Essentiels hydro-solubilisée.

Expérimentation :

L’ingestion d’essence (ou d’H.E.) classique (déshydratée), à l’état dit 100 % pur et naturel, entraîne des éructations, qui se prolongent tout au long de la journée, preuve que l’essence (l’H.E.) ne « passe pas », ne parvient pas à être digérée parce qu’elle bloque ou détruit les enzymes digestives. On imagine, sans peine, les dégâts qu’elle peut, ainsi, occasionner dans le tube digestif, notamment, quand il s’agit d’H.E. dites « majeures », comme l’origan, la cannelle, le girofle, le thym, etc., par exemple, sachant que la plupart d’entre elles « brûlent » (oxydent bio-électroniquement) plus ou moins.

L’ingestion d’essences (ou d’H.E.) à l’état biologiquement hydro-solubilisé (re-naturé) depuis plus de sept jours n’entraîne pas de tels désagréments et de tels dégâts (pertes bio-électroniques) parce qu’elles sont biologiquement et rapidement assimilables (bio-électroniquement réductrices).

Redisons-le, pour bien fixer les esprits, la molécule d’essence (ou d’H.E.) classique, à l’état dit 100 % pur et naturel (extraite du végétal) est un produit de réserve, bio-électroniquement bloqué, à l’exemple du glycogène organique, qui doit être transformé en glucose par addition d’une molécule d’eau pour être biologiquement assimilable. Même le végétal vivant, en terre, ne peut l’utiliser (l’assimiler) sous la forme « déshydratée », sous peine d’en mourir.

L’essence (ou l’H.E.) à l’état biologiquement ré-hydraté (uniquement Eau + Essence) est un produit biologique vitalo-protecteur, d’utilisation métabolique immédiate, parce que bio-électroniquement libéré, bio-disponible (assimilable), bio-réductrice.

La différence entre aromathérapie classique et vitaromathérapie (1) réside dans cette conception biologique nouvelle, propre à la vraie Naturopathie scientifique.

NOVA’DYN commercialise un complexe de 23 huiles essentielles biologiquement re-naturé selon ma méthode. Il s’agit du POLYVAROM. Produit sans colorants ni conservateurs chimiques. Le Polyvarom aide à augmenter la puissance du champ bio-électro-magnétique et, donc, la vitalité, l’activité et la réactivité de nos cellules. Il aide à renforcer et à dynamiser les immunités naturelles, l’auto-défense organique, la vitalité générale.

G. JAUVAIS

Pour en savoir plus, lisez l’un de mes livres : 100 % Anti-Régime (Editions Fortuna – Belgique).